in

causes, signes, risques et traitement

[ad_1]

  • &#13 ;
    Nous percevons une commission pour les produits achetés par le biais de certains liens dans cet article.&#13 ;
    &#13 ;
    &#13 ;

  • Autrefois qualifiée de « folie passagère », la psychose post-partum peut être une expérience terrifiante pour une nouvelle maman, et très préoccupante pour son entourage. Bien qu’elle soit souvent considérée comme un aspect de la dépression postnatale, elle est plus extrême et nécessite des soins urgents.

    Pourtant, beaucoup d’entre nous ne sont pas conscients de son existence. Si l’on peut dire que l’ignorance est une bénédiction, le fait de ne pas connaître les signes et les traitements disponibles rend les personnes qui en souffrent plus vulnérables. De nos jours, il n’est pas rare de parler de dépression postnatale (également appelée DPN ou dépression du post-partum). De nombreuses célébrités, dont Adele et Reese Witherspoon, ont parlé de leur combat contre la dépression postnatale. Même la dépression prénatale (être déprimé pendant la grossesse) n’est plus aussi stigmatisée qu’auparavant. Pourtant, une recherche sur Google révèle que peu de personnes – en particulier celles qui sont connues du public – partagent leur histoire de psychose du post-partum.

    Le Dr Jess Heron, directeur général d’Action on Postpartum Psychosis, explique que cette maladie n’est pas bien connue ou comprise, ce qui rend la sensibilisation encore plus importante. « La psychose du post-partum est une maladie mentale postnatale grave qui peut se manifester soudainement dans les heures, les jours, les semaines ou parfois les mois qui suivent l’accouchement », explique-t-elle. C’est pourquoi reconnaître les signes et les symptômes – chez soi, chez une amie ou chez un être cher – est inestimable. Les femmes doivent également savoir qu’il n’y a pas de mal à s’adresser aux professionnels de la santé – elles ne seront pas jugées et leur bébé ne leur sera pas retiré, ce qui est leur principale préoccupation.

    Il existe de l’aide. Voici ce qu’est la psychose du post-partum, y compris les symptômes, les personnes les plus à risque, ainsi que le traitement et le soutien disponibles.

    Qu’est-ce que la psychose du post-partum ?

    « Il est difficile de dire exactement ce qui cause la psychose du post-partum car de nombreux facteurs entrent en jeu, comme une maladie mentale antérieure, les hormones, le traumatisme de la naissance, l’épuisement, la génétique, mais la recherche se poursuit dans ce domaine », explique le Dr Jess Heron. Les experts ont constaté un risque accru de souffrir de troubles bipolaires et de développer une psychose post-partum. Les femmes souffrant de troubles schizo-affectifs ou d’une autre maladie psychotique sont également plus vulnérables. En dehors de cela, Jess nous a dit : « La psychose du post-partum peut toucher n’importe qui, quel que soit son milieu, et elle peut survenir de manière totalement inattendue. »

    Ce dont nous sommes sûrs, c’est que la psychose du post-partum est toujours une urgence médicale et qu’elle doit être traitée le plus rapidement possible. Cela peut sembler inquiétant, mais la bonne nouvelle, selon le Dr Heron, c’est qu’elle est « éminemment traitable et a un bon pronostic ».

    Psychose postnatale vs dépression post-partum

    On pense souvent que la psychose postnatale fait partie de la dépression postnatale. Bien qu’il existe certaines similitudes, il s’agit de deux maladies distinctes. Le Dr Nagore Benito, psychiatre consultant de la London Psychiatry Clinic, nous a déclaré : « La psychose du post-partum est une maladie mentale grave qui survient dans la période qui suit l’accouchement et elle est beaucoup moins courante que la dépression postnatale – elle touche 1 mère sur 1000 (0,1%) après l’accouchement. » La dépression postnatale, quant à elle, touche environ 1 femme sur 10 jusqu’à un an après l’accouchement. Les nouveaux pères peuvent également souffrir de dépression postnatale paternelle. Elle ajoute que, contrairement à la dépression postnatale, qui peut se manifester plusieurs mois après l’accouchement, il est très rare que la psychose postnatale apparaisse plusieurs mois après la naissance d’un enfant.

    Bien que l’anxiété ou une humeur dépressive puissent être des indices des deux types de dépression, les symptômes de la psychose post-partum sont plus aigus et plus graves. « Les symptômes sont variés et ont tendance à changer rapidement, mais il faut être attentif aux changements drastiques d’humeur (on passe du calme ou de la joie à une irritabilité ou une dépression rapide), à la confusion (on semble désorienté et très distrait, ou on a l’impression d’être dans un monde de rêves), à la difficulté à dormir ou à l’absence d’envie de dormir, et à un changement de caractère évident, comme le fait d’être plus bavard, d’avoir plus d’énergie ou d’avoir un comportement inhabituel », explique le Dr Nagore Benito. « Il y a aussi des symptômes qui incluent des hallucinations et de la paranoïa ».

    Symptômes de la psychose postnatale

    • Une humeur anormalement exaltée, pouvant aller jusqu’à la manie (humeur anormalement élevée).
    • Agitation et irritabilité
    • Pensées rapides
    • Confusion sévère
    • Ne pas avoir besoin – ou être capable – de dormir
    • Symptômes psychotiques tels que des hallucinations et/ou des délires)
    • Paranoïa ou croyances surnaturelles
    • L’anxiété et la dépression peuvent faire partie de la psychose du post-partum, mais ne constituent qu’une petite partie de la maladie. « C’est là que se produisent les erreurs potentielles de diagnostic », prévient le Dr Benito. « Comme la psychose du post-partum nécessite une approche thérapeutique différente de celle de la dépression, il est important de recevoir le bon diagnostic le plus rapidement possible. »

    Symptômes de la dépression postnatale

    • Dépression
    • Anxiété
    • Mauvaise humeur
    • Manque d’énergie
    • Pensées négatives
    • Perte d’appétit

    Une note sur le baby blues

    « Le baby blues touche plus de la moitié des nouvelles mères et – contrairement à la dépression postnatale ou à la psychose du post-partum – n’est pas une affection qui nécessite un traitement », explique le Dr Benito. « Cela commence généralement quelques jours après l’accouchement et s’arrête généralement dans les deux premières semaines. Les femmes peuvent connaître des fluctuations d’humeur, se sentir plus larmoyantes ou irritables et parfois réagir de manière excessive à certaines choses. » Mais, contrairement à la dépression nerveuse, elle disparaît au bout d’une quinzaine de jours.

    Combien de temps dure la psychose du post-partum ?

    « La psychose du post-partum peut durer quelques semaines. Elle évolue rapidement, en quelques jours, et nécessite un traitement urgent », explique le Dr Benito. Bien que les mamans puissent ressentir les symptômes les plus précis de la psychose du post-partum pendant quelques semaines, un soutien continu peut être nécessaire pendant plusieurs mois ou plus.

    Une dépression post-partum non traitée peut être dommageable, mais la psychose post-partum est une urgence médicale. Un fait qui donne à réfléchir est que, selon Action on Postpartum Psychosis, le suicide est la principale cause de décès des mères après la naissance.

    Qui est exposé au risque de psychose du post-partum ?

    Il peut être délicat de déterminer qui est plus enclin à cette psychose post-partum car elle est relativement rare. « Mais il est important de noter que la psychose du post-partum peut arriver à n’importe qui. Peu importe la qualité de leur grossesse et la façon dont elles prennent soin d’elles. Personne n’est à blâmer pour l’apparition de cette maladie », explique le Dr Nagore Benito, psychiatre consultant à la London Psychiatry Clinic.

    La psychose du post-partum étant une maladie mentale, la développer peut être plus envisageable si vous souffrez – ou avez souffert – de certains troubles de santé mentale. « Les recherches montrent qu’une femme sur cinq ayant des antécédents de troubles bipolaires présente une psychose post-partum après l’accouchement », explique le Dr Heron. « Cependant, de nombreuses femmes qui en ont déjà fait l’expérience, ou qui ont des antécédents de bipolarité, peuvent continuer à accoucher sans retomber malade », ajoute-t-elle, rassurante.

    « Nous savons également que cette maladie est plus fréquente dans les familles que ce que l’on pourrait croire. Elle touche aussi plus souvent les premières grossesses que les suivantes », nous dit-elle.

    Facteurs de risque de la psychose du post-partum

    • Antécédents familiaux de problèmes de santé mentale, notamment de psychose du post-partum.
    • Diagnostic de troubles bipolaires ou de schizophrénie.
    • Expérience d’une naissance ou d’une grossesse traumatisante
    • Expérience antérieure de psychose post-partum
    • Complications éventuelles liées à la grossesse, telles que la pré-éclampsie.
    • Premières grossesses
    • Un manque de sommeil après l’accouchement peut également être un facteur déclenchant.

    « Il existe des facteurs qui peuvent signifier que vous êtes plus susceptible d’en faire l’expérience, bien que ces facteurs ne signifient pas que vous ferez définitivement l’expérience d’une psychose post-partum », ajoute Stephen Buckley, responsable de l’information chez Mind.

    Femme enceinte entre les mains du médecin

    Les femmes vulnérables devraient demander de l’aide plus tôt que tard. Crédit : Getty

    Bien qu’il n’y ait aucun moyen de prédire que vous développerez une psychose post-partum, ces mesures peuvent être extrêmement utiles.

    Comment réduire le risque de psychose post-partum ?

    1. Demandez une aide supplémentaire

    Si l’un des facteurs de risque s’applique à vous, ne paniquez pas – cela ne signifie pas que vous développerez la maladie. Toutefois, comme il faut être prévenu, parlez-en à votre médecin ou à un professionnel de la santé mentale avant de concevoir un enfant ou dès que vous êtes enceinte. Stephen Buckley nous a dit : « Parlez à votre médecin qui peut vous aider à élaborer un plan de soutien. Un psychiatre périnatal pourra également vous aider. Ils peuvent discuter de choses comme les médicaments et parler des moyens de réduire le stress et les déclencheurs. »

    2. Si vous avez un problème de santé mentale, parlez-en à votre médecin.

    « Les femmes ayant des antécédents de maladie mentale liée à la bipolarité et à la psychose devraient idéalement informer leur psychiatre ou leur médecin généraliste qu’elles souhaitent être enceintes avant de commencer à essayer de concevoir, afin qu’une bonne discussion sur les médicaments, un plan de surveillance de leur bien-être mental et un soutien puissent être mis en place », explique le Dr Benito. Si votre grossesse n’était pas prévue, informez simplement votre médecin lorsque vous découvrez que vous êtes enceinte.

    3. Gérez votre stress

    Bien que le stress « ne soit pas une cause ou un facteur de risque de psychose post-partum », selon le Dr Benito, le stress n’est bon pour personne. Si vous êtes enceinte ou si vous avez récemment accouché, essayez de vous éloigner le plus possible des situations stressantes.

    Si vous suivez une thérapie, continuez-la ou demandez à votre thérapeute de vous adresser à une personne spécialisée dans la santé mentale périnatale. Vous pouvez également demander à votre sage-femme de vous orienter vers un psychologue périnatal ou un conseiller en matière de grossesse. Un service tel que Parenthood in Mind, par exemple, peut vous aider à éviter la spirale, tout comme les médicaments.

    4. Accepter l’intervention médicale

    En raison de la nature de la psychose du post-partum, la majorité des personnes atteintes auront besoin d’une aide médicale. N’essayez pas de gérer cela seul, ou de manière holistique.

    « Une intervention médicale est nécessaire dans la plupart des cas, notamment pour détecter les symptômes à un stade précoce. La plupart des cas nécessitent un traitement médicamenteux et parfois une hospitalisation en raison de la gravité de l’affection », explique le Dr Benito.

    Femme-et-nouveau-né-avec-un-docteur

    Rassurez-vous, il existe de l’aide pour les personnes souffrant de psychose post-partum.

    Chercher de l’aide en cas de psychose post-partum

    En raison de la nature extrême de la psychose post-partum, le meilleur traitement se trouve à l’hôpital, où les mamans sont suivies jusqu’à ce que le pire soit passé. « Le traitement le plus approprié pour toute personne souffrant de psychose post-partum est l’admission dans une unité mère-bébé (UMB), où les femmes peuvent se rétablir sans le traumatisme supplémentaire d’être séparées de leur bébé », explique le Dr Heron. Ces unités permettent à la mère et au bébé de rester ensemble tout en étant soutenus par des professionnels et constituent l’endroit le plus sûr pour les personnes atteintes et leur enfant. C’est aussi un élément clé du rétablissement de la mère, car les personnes qui en souffrent craignent qu’on leur enlève leur bébé. « Les UBM fournissent des soins spécialisés, non seulement du point de vue de la santé mentale, mais aussi en termes de soins physiques et d’installations auxquels les femmes peuvent avoir besoin d’accéder immédiatement après la naissance », ajoute-t-elle.

    Bien que cela puisse paraître effrayant, les médicaments peuvent aussi être très efficaces, même pour une courte période. « Les antipsychotiques et les médicaments qui stabilisent l’humeur peuvent également être appropriés », déclare le Dr Heron.

    Soutien par les pairs

    Ce que les gens savent peut-être moins, c’est que le soutien d’autres mamans dans la même situation est inestimable. Des organisations caritatives telles que Action on Postpartum Psychosis ne se contentent pas d’offrir des conseils, elles servent d’intermédiaire pour que les personnes atteintes puissent partager leurs expériences. « Le soutien par les pairs est vraiment important », déclare le Dr Heron. « Parler à d’autres femmes qui sont passées par là et, surtout, qui se sont rétablies, fait vraiment la différence. Cela donne aux gens l’espoir dont ils ont besoin pour s’en sortir ». Le réseau offre également un soutien aux partenaires et aux familles.

    Le Dr Heron poursuit : « C’est pourquoi l’APP travaille en étroite collaboration avec les MBU du pays. Nous fournissons un soutien par les pairs au sein de l’unité, et notre soutien communautaire par les pairs est fourni à la fois en personne (dans des cafés groupes) et en ligne (par des forums en ligne et des rencontres numériques) dans tout le Royaume-Uni. » Qui plus est, ce soutien ne s’arrête pas après la guérison. « Il se fait sur la base d’une vie entière. C’est pendant la guérison, les rechutes, l’éducation des enfants et la gestion des symptômes de la ménopause », explique le Dr Heron.

    Conseils pour les partenaires

    Vivre une psychose post-partum est également difficile pour les partenaires. En plus de devoir s’occuper de leur partenaire malade, ils doivent peut-être s’occuper d’un nouveau-né, ainsi que d’autres enfants. Et ils travaillent probablement. Pour cette raison, il est important qu’ils réalisent qu’ils ne sont pas seuls. Elles aussi ont besoin qu’on s’occupe d’elles. Ce genre de maladie soudaine peut couper l’herbe sous le pied d’une famille, il est donc essentiel qu’elle demande de l’aide.

    « Il est normal que les mères atteintes de psychose post-partum et leurs partenaires manquent de confiance dans leur rôle de parent », explique le Dr Nagore Benito, psychiatre consultant de la London Psychiatry Clinic. « Ils ont besoin d’être rassurés sur le fait que c’est le cas pour la plupart des nouveaux parents. Avoir ces sentiments ne fait pas d’eux de mauvais parents ou des personnes incapables de s’occuper de leur bébé. »

    Le Dr Benito conseille de partager l’expérience avec ses proches et de demander une aide pratique, comme les courses, la cuisine et le baby-sitting. « Il est important de réduire le niveau de stress et de laisser de la place à la guérison », conseille-t-elle, tant pour la maman que pour son partenaire. L’exercice et la thérapie postnatals peuvent faire une grande différence. Il est très important que les femmes et leurs partenaires ne pensent pas que c’est lié à quelque chose qu’ils ont fait, ou que c’est de leur faute, car cette affection est fortement liée à des facteurs purement biologiques sur lesquels les gens n’ont aucun contrôle », explique le Dr Benito.

    Le Dr Jess Heron, PDG de Action on Postpartum Psychosis, est d’accord : « Bien que la psychose du post-partum soit une maladie très grave, elle est tout à fait traitable. Notre communauté florissante de soutien par les pairs en est la preuve. Il y a toujours de l’espoir – et il existe une communauté merveilleuse et solidaire qui attend de vous accueillir. »

    Trouvez des conseils sur le site :

    Action sur la psychose du post-partum
    Mind, organisme de santé mentale
    Collège royal des psychiatres

    Ce que c’est vraiment de vivre avec une psychose post-partum

    Pour comprendre ce que c’est que de vivre avec une psychose post-partum, nous avons parlé à Zara, 31 ans, qui a été diagnostiquée après la naissance de son deuxième enfant.

    J’ai commencé à ressentir des symptômes environ une semaine après la naissance. Au début, après être devenue maman pour la deuxième fois, je me suis sentie exaltée, hyperactive et heureuse, comme si je pouvais conquérir le monde, mais j’ai ensuite été incapable de fonctionner. J’étais très déprimée et j’ai commencé à avoir des hallucinations, c’est-à-dire à sentir, entendre et voir des choses qui n’existaient pas.

    J’ai connu une dépression postnatale après ma première grossesse, mais là, c’était différent. Au début, mon généraliste ne m’a prescrit que des antidépresseurs, mettant cela sur le compte de l’anxiété et des hormones.

    C’est au bout de quelques mois, lorsque j’ai enfin pu consulter un psychiatre, qu’il a reconnu que je souffrais d’une psychose post-partum. Il m’a prescrit des antidépresseurs et des antipsychotiques. Il a fallu trois mois pour que l’on me diagnostique correctement la psychose post-partum, après que la visiteuse médicale ait fait pression pour que mon rendez-vous soit avancé.

    Contrairement à la dépression postnatale, j’ai eu de graves hallucinations, des délires et des changements d’humeur. Je suis passée d’un état maniaque à un état dépressif sévère et replié sur lui-même que je n’avais jamais connu auparavant. Cela a également duré beaucoup plus longtemps que la dépression postnatale.

    La maladie a eu un grand impact sur ma famille, ils ne savaient plus « quoi faire de moi ». La mère de mon partenaire pensait que j’étais ridicule et mon partenaire était très inquiet et prenait beaucoup de responsabilités.

    Ma fille avait trois ans à l’époque et je n’étais pas vraiment engagée avec elle comme je l’étais auparavant, ce qui a eu un impact sur elle aussi. Je ne pouvais pas communiquer avec ma famille et je ne suis pas sortie pendant des mois. Mon partenaire a essayé de m’amadouer dans le jardin arrière, je suis sortie une seconde et je suis revenue.

    J’ai réussi à aller au parc quelques semaines après la naissance, j’y ai passé quelques minutes et je suis rentrée en courant. Je ne pouvais même pas envisager d’aller à la clinique pour bébés. Avec la dépression que j’ai eue après la naissance de ma fille, j’ai fait des choses de nouvelle maman comme la clinique pour bébés, les promenades avec elle dans la poussette. Mais avec la psychose post-partum, j’avais peur de tout pour mon fils, je ne faisais confiance à personne et je m’isolais totalement de tout et de tous.

    Ma psychose post-partum a duré plus longtemps que d’habitude – environ 18 mois – et je n’ai pas beaucoup de souvenirs de mon fils en tant que petit bébé, la maladie m’en a privé. J’ai réussi à le nourrir, à le changer et à le tenir, mais je me suis sentie si étrangère.

    Je pense que si les médecins généralistes avaient été mieux formés et avaient reconnu ce qui se passait, j’aurais pu être examinée plus rapidement. Je ne connaissais pas la psychose post-partum avant d’avoir mes enfants, et ma famille non plus, et comme vous êtes dans cet état, vous ne comprenez pas vraiment ce qui se passe, donc une plus grande sensibilisation sera d’une grande aide.

    Vidéo de la semaine



    [ad_2]


    A Découvrir Aussi

    Les principaux membres de la famille royale ont aidé la reine à traverser la difficile célébration de Pâques.

    Combien d’années Ariel Castro a-t-elle pris ? La série policière de Netflix explique